http://foncinelebas.free.fr

Origine de certains noms

Eglise de Chaux des Crotenay, 2 mai 2004

voir également
origine des sobriquets
Gilbert Cousin, un humaniste Comtois
Henri IV, un autre visage

extrait des recherches sur Chapelle des Bois, en 1894, de l'abbé Léon Bourgeois-Moine
AUTHIER
D'après une tradition conservée dans le pays de Mouthe, ce nom viendrait du patois auquet, qui signifie quelque chose. C'est auquet (Authier), "ce n'est pas rien".
 JANNIN, JEANNIN
Diminutif de Jean (nom de saint).
BAILLY
Le bailli était l'officier qui rendait la justice au nom du Seigneur.
JEUNET
Probablement jeune.
BARTHELET
Tous les Barthelet de l'arrondissement de Pontarlier paraissent venir de Saint Point, où se trouve le lac du même nom. Ce nom désigne le "batelier", celui qui traversait les passants. Le R qui se trouve intercallé dans ce nom ne signifie pas plus que le R de Pontarlier.
JOBEZ
Rusé, adroit.
BLONDEAU
Blond. Pourrait venir du célèbre trouvère Blondel.
LHOMME
L'homme.
BOURGEOIS
Habitant d'un bourg, affranchi.
LORIN
Marchand de peaux (de lora, cuir).
BOUVERET
Diminutif de Bouvet (bouvier). Un bouveret est un petit bouvier.
MAGIN
En patois ce nom désigne un chaudronnier.
BROCARD
Autrefois le brocard désignait non seulement l'étoffe, mais le fabricant. La première fabrique de toiles à été indroduite à Chapelle des Bois par un Brocard.
MANDRILLON
Homme de service (allemand mann = esclave).
BUFFARD
Ce nom parait désigner le forgeron.
MARTIN
Nom de saint.
CLEMENT
Nom de saint.
MERCIER
Qui vend de la mercerie.
CORDIER
Fabriquant de cordes.
MICHAUD
Vient probablement de Michel (nom de saint).
COTTET
Diminutif de côte ou coste; qui habite une colline, ou garde.
MONNIER, MUNNIER
Ce nom signifie Meunier; les Monnier ou Munier viennent de Foncine le Haut. C'était là qu'était le moulin.
CRETIN
Ce nom qui s'écrivait autrefois Crestin, veut certainement dire Chrétien.
PAGET
Diminutif de page, à l'origine, les seigneurs prenaient les pages (paysans) pour les servir.
DAVID
Nom d'homme.
PAGNIER
Ce nom s'écrivait autrefois Panier, il vient probablement de "panis", pain; car le panier faisait le pain que le seigneur, après redevance, accordait aux colons.
ETHEVENIN
Diminutif de Stéphane (Etienne).
PAULIN
Nom de saint; diminutif de Paul.
FAUCONNET
Celui qui dressait ou élevait les oiseaux de proie.
PELLETIER
Censeur de peaux; les anciens portaient des vêtements de peaux.
FERREUX
Ce nom vient du latin Ferrucius (Ferjeux).
PERRENET
Diminutif de Pierre.
FEVRE et FAIVRE
Du latin Faber : artisan.
PERRIER
Qui travaille la pierre; cantonnier.
FOURNIER
Celui qui autrefois avait le "four banal".
PETETIN
Diminutif de petit.
GAYET
Gai, rieur; on dit en patois "sater à pis gayets" (saiter à pieds joints).
POUX
En allemand et dans le patois provencal, ce nom signifie malpropre; mais son origine peut être aussi celtique, pour potier; cela peut signifier aussi un fondeur de marmites, car dans le patois de Mouthe, on appelle en patois, pou, une marmite quelconque.
GILLARD
Niais, peu intelligent.
RICHARD
Riche, qui est à l'aise.
GIROD
Du Gireaud (Gérald, nom d'homme).
ROBERT
Nom d'homme.
GRENARD
Même nom que Grenier, grainier.
ROUSSEL
Même nom que Rousseau, qui a les cheveux roux.
GRIFFOND
Scribe, écrivain.
ROY
Même nom que roi.
GROS
Qui a beaucoup de volume ou d'importance.
SAILLARD
Marchand de sel, profession très importante autrefois, car un droit énorme (la Gabelle) existait sur cette marchandise, et était perçue par le seigneur; on a donné aussi le nom de Saillard à celui qui percevait ce droit.
GROSLAMBERT
Nom de saint.
SYMON
Même nom que Simon, nom de saint, fondateur du prieuré de Mouthe.
GUICHARD
Subtil, fin, rusé.
THIEBAUD
Même nom que Théobald, nom de saint.
GUY
Nom de saint.
THOMET
Sans doute fabricant de tomes (fromages). La lettre H ne signifie rien, en patois ce nom se disait Taumet.
GUYON
Diminutif de Guy.
TREAND
Nous savonsque les Truand de Ballaignes (Suisse) ne voulurent pas embrasser la Réforme, ils s'expatrièrent, désorthographièrent leur nom et vinrent se fixer à Villedieu les Mouthe.
HUGONNET
Diminutif de Hugues (nom de saint)
GAUCHERET
Diminutif de Vaucher ou Vauchy, noms communs dans nos montagnes et qui signifient vacher, marchand de vaches. Un vacheret était un petit marchand de bétail.
JACQUIN
Diminutif de Jacques (nom de saint).
VUILLAUME
Même nom que Guillaume.
    VYONNET
Diminutif et même nom que Guyon ou Guy.

tiré du "Blason populaire de Franche Comté" de Charles Beauquier paru en 1985

Sobriquets

Un grand nombre de quolibets locaux sont difficiles ou impossibles à expliquer. Ils font allusion à des moeurs disparues, à des usages ou à des faits historiques oubliés. Souvent ils n'ont d'autre raison d'être que la rime, le besoin enfantin de l'assonance ou de l'allitération qui se manifeste irrésistiblement chez certains esprits taquins. En voici quelques-uns qui vous donneront un aperçu des railleries en cours autrefois dans les villages.

Ainsi, pour en venir aux coups, il suffisait à un habitant de Mouthier d'être appelé "guillou" ou à un citoyen des Fourgs d'être traité de "bourri", bien que le railleur et le raillé ne sussent souvent pas mieux l'un que l'autre ce que signifiaient ces mots.

Quant aux habitants d'Arthenans, l'histoire ne dit pas pourquoi ils furent appelés ... "cocus" et ceux de Bois d'Amont "culs de poti" (traduisez culs de potiers).

Les "têtards" de Bréry s'expliquent pour leur part, tenant leur nom de ce que la Seille, petite rivière au bord de laquelle est situé le village, abonde en têtards.

Pour leur part, les habitants de Chissey étaient appelés "les fous". Cela provient de ce qu'on enfermait dans la tour du clocher "en la chambre des fous" les malheureux alliénés qui venaient y prier Saint-Christophe, patron de la paroisse, qui passait pour guérir les cerveaux détraqués.

Quant aux "cochons" de Ruffey, l'histoire dit que ce sobriquet avait été donné aux gens du village par allusion à une commanderie de Saint Antoine établie en ce lieu. Un Saint-Antoine avait été sculpté au-dessus de la porte de l'édifice, mais on n'avait pas représenté son fidèle compagnon : le cochon. C'était disait-on, parce que le Saint n'avait que l'embarras du choix parmi les habitants du bourg.

Saviez-vous aussi que les habitants d'Arlay étaient autrefois appelés "les diables" pour avoir été célèbres par leurs brigandages au temps des sires de Châlon, et que les "bâtards" de Baume avaient été ainsi baptisés en référence au couvent qui y abritait des moines fort licencieux, dit la chronique. Plus légers, les "follets" de la Muire tinrent leur appellation de ce que le village était entouré de prairies humides, produisant souvent des feux follets.

Bien d'autres anecdotes, croustillantes ou salaces, existent sur ces railleries dont raffola l'histoire locale, à propos de ces Comtois à l'entêtement légendaire, coiffés du générique sobriquet de "têtes de bois".


haut de page