Ici, l'eau fait partie du décor. La Lemme, la Saine sont nos rivières. Découvrez leurs biefs, leurs cascades, leurs gorges profondes où la lumière est rare. Au bord d'un lac guettez la Vouivre ...

Au sein du Mont Jura, chaîne à triple pente,

D'où la neige coule à grands pleurs,

Il est une rivière aimable qui serpente,

Dans les rochers et dans les fleurs.

Elle ne porte pas, comme la large Seine,

Des flottes de bateaux marchands;

Mais elle se promène, humble, limpide, saine,

En robe verte dans les champs ...

Parfois sur son chemin la terre se dérobe,

Et le petit fleuve écumant

En tombant du rocher déchire un peu sa robe,

Qu'il raccommode prestement ...

Quelle est cette rivière idéale, qui rôde

Mystérieuse, à mots couverts,

O poète, comme une énigme d'émeraude,

Dans le dédale de tes vers ?

Son nom mélodieux, un des plus courts du monde,

Rime avec son flot cristallin,

Facile à deviner, l'énigme de son onde

Tient dans une syllabe : l'Ain.

L'Ain, qui dans le plus beau des vals, rampe, miroite,

Et qui, rapidement grandi,

Par Champagnole, Pont du Navoy, Pont de Poitte,

Descend l'escalier du midi.

L'Ain, ce beau voyageur, dont la combe et la cluse

Règlent le pas accidenté

Et qui, Sorgue du Nord, roule au pied d'un Vaucluse,

Que Pétrarque n'a point chanté.

("Enigme transparente" Guichard)